Association des concessionnaires Subaru du Québec english

Tag Archive: transmission automatique

  1. Qu’est-ce que la transmission à variation continue (CVT) ?

    Leave a Comment

     
    Par le passé, les constructeurs automobiles n’offraient que deux types de transmission aux conducteurs :
    la transmission manuelle, qui exige du conducteur de passer lui-même les rapports de la boîte de vitesse à l’aide de la pédale d’embrayage ;
    la transmission automatique, conçue pour effectuer ce changement automatiquement.
     
    Aujourd’hui, en plus de ces deux options, on distingue également la transmission semi-automatique, celle à double embrayage et la transmission à variation continue (CVT), qui connaît un succès grandissant auprès des constructeurs automobiles.
     

    Les origines de la transmission à variation continue

    Le premier brevet relatif à la CVT (Continuously Variable Transmission, en anglais) remonte à 1886 en Europe, et 1935 aux États-Unis. Il faut cependant attendre la fin des années 1980 pour que Subaru en fasse les premiers essais d’intégration. Mais ce sont finalement sur des modèles de Honda et de Toyota que son utilisation se fera connaître du grand public, à la fin des années 90.
     
    Puis, en 2003, Nissan devient le premier constructeur automobile à en produire à grande échelle.
     

    CVT : comment ça marche ?

    La transmission à variation continue (CVT) n’a pas grand-chose à voir avec ses aînées manuelles et automatiques. Elle possède en effet deux poulies variables et rotatives reliées entre elles par une courroie. Il n’existe donc aucun engrenage, ni aucune roue dentelée comme c’est le cas dans les transmissions manuelles et automatiques.
     
    L’une des poulies est reliée au moteur, et l’autre, aux roues motrices. C’est donc la courroie (en caoutchouc ou en métal) reliant ces deux poulies qui sert à effectuer le transfert de puissance. C’est de là que découle le principe de la variation de vitesse qui fait référence à la possibilité de varier continuellement le rapport de démultiplication du moteur.
     
    Pour revenir au mécanisme de fonctionnement de la CVT, il faut dire que chacune des poulies est composée de deux éléments coniques mobiles, dont l’un est variable. Selon que ce dernier s’approche ou s’éloigne de l’autre côté, la courroie aussi monte et descend. En fonction du degré d’écartement des parois des poulies, la courroie descend plus ou moins près du centre et change le rapport du moteur.
     
    De façon générale, un dispositif centrifuge choisit le rapport en fonction de la vitesse de rotation du moteur. Autrement dit, plus le moteur tourne vite, plus la démultiplication aura tendance à augmenter. Et comme la courroie a tendance à se positionner pratiquement n’importe où en fonction des mouvements du cône, on parle ainsi de « variation continue », liée à un nombre de rapports « à l’infini ».
     

    Les avantages de la transmission à variation continue

    Les deux principaux avantages de la CVT raviront sans doute les défenseurs de l’environnement : économie d’essence et faible émission de CO2.
     
    La démonstration en est toute simple : puisque le moteur se règle automatiquement sur le ratio le plus efficace, il opère donc continuellement dans la plage optimale. Plus efficace et plus économe, la CVT rend imperceptibles les changements de rapports. Ainsi, on peut profiter d’un habitacle calme et insonorisé quand on est au volant, certains passagers s’étonnant même du caractère très doux du moteur.
     
    Il faut quand même préciser que cette condition paisible n’est possible que si le conducteur n’appuie pas brutalement sur l’accélérateur. Ce qui n’est d’ailleurs pas nécessaire, les accélérations pouvant se faire en douceur et en toute fiabilité grâce au mécanisme de cette transmission.
     

    Modèles Subaru avec transmission à variation continue

    La transmission à variation continue (CVT) a été introduite dans la plupart des véhicules Subaru à partir de 2010 sous l’appellation « Lineartronic ». Vous pouvez notamment la retrouver sur des modèles comme les Subaru Crosstrek, Outback, Impreza ou Forester.